Moteur de recherche interne     

VISITE DE L’EGLISE DE VOUGY

Samedi 12 juin 2010

 Diaporama

 

Groupe des A2MRUne vingtaine de membres de l’association ont fait l’effort de gravir la pente « raide » qui donne accès au parvis et écouté avec attention les commentaires sur l’histoire et l’architecture de cette église originale tant par sa situation dominante que par son aspect. Monsieur Bernard Chazelle, membre de l’association « Ceux du roannais » et héraldiste très érudit, nous a, ensuite, fait une lecture détaillée des nombreux blasons représentés sur les vitraux des chapelles.      

 

Depuis les 11ème ou 12ème  siècles, la paroisse de Vougy possédait une petite église construite à l’initiative des moines clunisiens du prieuré de Charlieu.

Au 15ème siècle, l’église avait été dotée d’une chapelle seigneuriale par la famille de Molles.

Au 14ème siècle, elle était si vétuste que des réparations ou mieux, une reconstruction s’imposaient. C’est cette 2ème solution que choisit le maire de l’époque, le Comte Jules Emilien de Vougy et son Conseil Municipal.

Le comte de Vougy, sur le conseil de son ami Viollet le Duc, fit appel à un jeune architecte parisien qui venait de terminer l’Hôtel de ville de Roanne, Edouard Corroyer.

La construction s’étala sur 12 ans, de 1864 à 1878, date de son inauguration.

 

En 1865, le Conseil Municipal approuva le projet de Monsieur Corroyer pour un montant de 64 660F suivi par le Conseil de Fabrique, gestionnaire des biens de la paroisse et l’archevêque de Lyon, Monseigneur Bonald. La dépense sera couverte par subvention, emprunts, souscriptions et dons…

 

Eglise de VougySituée sur un promontoire, l’église, avec sa flèche élancée, domine le bourg et la plaine d’Aiguilly.

Cette église surprend le visiteur par ses amples proportions et son originalité, l’alternance de pierres de grés blanches et bleues de Volvic qui rappelle le style lombard des églises de Sienne et Gènes, un escalier monumental en grès supporté par des contreforts en granit, la présence d’une chapelle de style gothique flamboyant du 15ème siècle et quelques œuvres de grand intérêt…
La façade, imposante est percée de 3 portes surmontées d’arcs romans lobés. Au dessus de la porte centrale, une immense verrière et au pinacle, un fronton en arcature abritant une statue de la Vierge (l’église lui est consacrée).

 

A l’intérieur, on retrouve la même alternance de pierres blanches et bleues. Trois nefs séparées par des arcades portées par des colonnes à fût d’une seule pièce et bordées par des archivoltes en tiers. La nef centrale est couverte par un plafond vouté en berceau brisé en bois peint  en bleu soutenu par des arcs voûtant en bois peint en marron. Le chœur est séparé de la nef par une élégante table de communion en grés.

 

La chapelle de la Sainte Vierge, datant du 15ème siècle, a été conservée et habilement intégrée à l’église neuve par l’architecte. De style gothique flamboyant très élégant, elle abrite un retable en bois peint avec encadrement sculpté en bois doré, une œuvre du style de l’école florentine de Fra Angelico, datée de 1310, non signée – un panneau en broderie de soie et perles de verre servant de parement d’autel – une piéta en pierre polychrome datée de 1608… Par ailleurs, l’église possède quelques belles statues en bois doré et des ornements sacerdotaux de belle facture. Le chœur abrite des stalles du 16ème siècle, provenant de l’abbaye cistercienne de La Bénisson Dieu.

 

L’église est encore remarquable par ses vitraux tous réalisés par le maître verrier Didron (créateur des vitraux de la cathédrale d’Amiens) en 1878 qui représentent entre autres, Saint Bonnet, patron de la paroisse, saint Roch et son chien (inspirés du Comte de Vougy et de son chien Roméo), le blason de la famille de Vougy « d’azur à une fasce d’or accompagnée de 3 besants d’argent » ainsi que de nombreux blasons racontant les différentes alliances de cette famille.

Les soirs d’été, les rayons du soleil couchant traversant la verrière de la façade, orientée à l’ouest, plongent l’église dans une douce lumière qui met en valeur son architecture et créent une atmosphère propice au recueillement qui convient dans une église.

 

                                                                                                        

Anne Marie Berrod
bas de page