Moteur de recherche interne     

« UNE JOURNEE A MOULINS »

Jeudi 4 avril 2013

Les deux thèmes proposés pour cette sortie à Moulins : le matin, au CNCS « Costumer le pouvoir » et l’après midi, visite de la maison Mantin ont suscité de nombreuses inscriptions si bien que les contraintes imposées par les musées ont conduit les organisateurs à limiter le nombre des participants à 45 personnes.

Costumer le pouvoir dans l’opéra et le cinéma. Chacune des salles a été aménagée selon un thème tournant autour du pouvoir, sa grandeur avec le film de Roland Joffé « Vatel », la majesté du sacre avec le film « Jeanne d’Arc » de Luc Besson, la légende impériale et les nombreux films sur la vie de Napoléon Ier, ses ambitions politiques, ses conquêtes féminines [on découvre que dans un film de 1937, la robe portée par Greta Garbo était pas noire mais en velours vert foncé afin d’apparaître d’un beau noir profond sur l’écran]… Et encore, le sabre et le goupillon… le plaisir du prince avec les opéras « Atys » de Lully, « Le roi d’Ys » d’Edouard Lalo ou « Rigoletto » de Verdi. La qualité de la scénographie et l’abondance des informations ont rendu la visite de 2 heures presque trop courte !

Maison MantinCurieux bonhomme que ce Louis Mantin, né en 1851 et mort en 1905 à Moulins, qui fit carrière comme avocat puis dans l’administration préfectorale et, qui, à 42 ans, en possession d’une confortable fortune familiale, devint rentier et se fixa définitivement à Moulins. Il y construisit une maison « à son goût » pour abriter ses collections. Dans un testament olographe, il fit don de ses biens à différents héritiers. A la ville de Moulins revint la maison et son contenu avec mission d’en assurer l’entretien. Après des années de semi abandon, cette villa a été remise en état et ouverte au public. On se trouve dans un intérieur bourgeois, cossu du XIXème où les tentures, meubles, bibelots, tapis… ne constituent pas un ensemble de style cohérent mais relèvent des goûts éclectiques et très surs du propriétaire.
Visite très agréable d’une « demeure d’atmosphère ».

Anne-Marie Berrod

bas de page