Moteur de recherche interne     

VISITE GUIDEE DE L’EXPOSITION
« 4 momies et demie »

Musée Joseph Déchelette – Jeudi 10 septembre 2015


logo expo

Trois momies de femmes, prêtées pour le temps d’une exposition au musée de Roanne, dans leur sarcophage portant tous la mention de leur nom et de leur fonction, chanteuses d’Amon Ra. De la 4ème, seule qui appartient au musée Déchelette, nous connaissons le périple depuis la lointaine Thèbes. Ce sarcophage et sa momie, ont été ramenés d’Egypte par Joseph Déchelette en 1893, avec un lot d’objets qu’il avait négocié au musée de Gizeh. Dans ses notes, Joseph Déchelette souligne qu’il a pu convaincre un capitaine de bateau moins superstitieux que les autres d’accepter la précieuse cargaison, la plupart refusant de charger à bord une momie depuis le naufrage du bateau le « Béatrice » qui transportait la momie de Mykérinos.
Et la demie, me direz-vous ? Justement dans le lot d’objets ramenés par Joseph Déchelette, il y avait une tête, deux mains, deux pieds… ainsi que quelques ossements.
Pourquoi une exposition maintenant ? Notre Nessy Amon avait besoin d’un sérieux traitement qu’elle a reçu dans un laboratoire de Grenoble, faute de quoi elle aurait pu disparaître (Pour plus d’information : cliquez)

André MassonL’exposition a été organisée à l’occasion de son retour à Roanne. Et les organisateurs ont choisi un angle de présentation original …
Dès le Moyen Age, on utilisait la poudre de momie comme médicament, la « mumia ». A la suite de l’expédition de Napoléon Bonaparte en Egypte, en 1798 on commence à s’intéresser à cette civilisation qui remonte à 2500 ans avant notre ère. C’est le début de l’égyptologie puis progressivement d’un engouement qui deviendra une véritable « égyptomania ».
Ainsi, après la momie médicament, sont présentées : la momie collectionnée, la momie broyée et transformée en engrais, appâts pour la pêche ou composant des peintures « le brun momie ». Le cinéma s’est aussi emparé du mythe de la momie. Mais, de nos jours, la momie fait l’objet d’études scientifiques, historiques approfondies et d’une protection rigoureuse… Des textes abondants, ainsi que quelques beaux tableaux permettent de suivre facilement la destinée des momies à travers le temps.

Anne-Marie Berrod


image : Champollion ramenant un sarcophage et passant devant les colosses de Memnon
bas de page