Moteur de recherche interne     

De la « rusticité » au faste romain … Un point sur l’urbanisme et l’architecture à Roanne durant l’Antiquité

 

Par Sylvie Bocquet, archéologue, chargée d’opérations et de recherches à l’INRAP (Institut de Recherches Archéologiques Préventives)

Conférence organisée par l'association « Joseph Déchelette » en partenariat avec l’association des A2MR (Amis du Musée et de la Médiathèque de Roanne) le 26 février 2016

Sylvie Bocquet


La conférencière a su nous faire imaginer le centre de la Roanne antique (Rodumna), habitée par les Ségusiaves à l’époque gauloise, puis par les gallo romains.
Elle savait de quoi elle parlait puisqu’elle a conduit de nombreuses fouilles préventives entre  2005 et 2015, qui ont complété des fouilles antérieures menées depuis les années 1960 (four de potier par exemple)…

Rodumna était, avant les romains, une bourgade ségusiave « rustique » (rustique est le qualificatif qu’emploie Joseph Déchelette en 1903, mais c’était  plutôt « un village construit de bâtiments d’architecture traditionnelle de terre et de bois », qui s’organise autour de trois voies routières, depuis le sud : l’avenue de Paris, la rue Albert Thomas et la rue de Charlieu, se rejoignant au centre ancien, devant le château médiéval.
Les romains ont conservé ces voies en les renforçant et ont développé l’habitat à partir de celles-ci dans des trames géométriques régulières.

Les archéologues ont découvert de nombreux soubassements  de petites maisons/ateliers, construits en dur et parfois décorés  d’enduits, mais aussi  de nombreuses fosses (dépotoirs, stockage, carrière de sables) à l’emplacement du couvent du Carmel, ainsi que les restes d’un petit bâtiment sur cave richement décoré, rue de Charlieu.
Ils ont en outre trouvé de nombreux objets : restes de poteries, amphores, fibules, une plaque commémorative de l’empereur Claude, etc…
La prospérité du bourg est atteinte vers le milieu du Ier s. après J.C., avec une superficie proche de 35 ha. Elle perdurera jusqu’au milieu du IIIe siècle.

Référence : Revue annuelle  « histoire et patrimoine de Roanne et sa région » n° 21, 2015 
 

Yves Balloffet (association « Joseph Déchelette »)

 

bas de page