Moteur de recherche interne     

Sur les pas de l’image animée

Conférence de Loïc Portier, directeur du 7ème Festival international du Court métrage d’animation qui s’est tenu à Roanne du 14 au 20 mars 2016
Jeudi 24 mars 2016

Dans une première partie, le conférencier a cité les grandes dates de l’image animée. Deux siècles s’écouleront entre la 1ère lanterne magique au XVIIIème siècle et la naissance du cinématographe en 1895, en passant par les recherches sur les jeux d’optique basés sur la persistance rétinienne qui donneront naissance à toutes sortes d’appareils, praxinoscope, zootrope…qui, comme par magie insufflent la vie à l’image projetée sur un écran.

Arrive alors le cinématographe, travail image par image sur une pellicule dont Méliès est le grand magicien. Parmi les personnalités les plus inventives, il faut citer Emile Cohl et sa 1ère création « Fantasmagorie » en 1908, suivie jusqu’en 1923, de quelques 300 films. On joue sur les formes mais encore peu sur le narratif. Toutes sortes de procédés sont utilisés, outre le dessin, les allumettes, le papier découpé, la pate à modeler, les marionnettes… la créativité n’aura dès lors plus de limite, l’intérêt étant de détourner les objets de leur fonction initiale.

Les Etats-Unis entre les deux guerres puis le Japon développeront une véritable industrie du cinéma animé. En Europe, l’émergence des réalisateurs débute vraiment dans les années 1980 avec, entre autre, Paul Grimaud et son « Le Roi et l’oiseau » qui obtient le prix Louis Delluc. Depuis peu, on est passé du tandem appareil de photo et caméra à l’ordinateur mais le principe « image par image » reste le même.

Dans la deuxième partie, Loïc Portier a proposé un florilège des meilleurs Courts métrages animés, un régal pour les yeux !

Les A2MR remercient chaleureusement le conférencier qui nous a fait découvrir la grande richesse de cet art du XXème siècle ainsi que les responsables de la Médiathèque pour leur accueil comme toujours sympathique.

Anne-Marie Berrod

 

bas de page