Moteur de recherche interne     

« Centenaire 14-18 oblige »

Le 19 janvier 2017, face à une salle comble, Jean Mathieu, avec son talent habituel, nous a fait entrer dans la peau et l’univers de Jean-Jules Jusserand (JJJ !), personnage emblématique de St Haon le Châtel (même s’il est né à Lyon), au destin extraordinaire et certainement trop méconnu.
L’auditoire subjugué a découvert :

- Un individu hors pair, responsable dès le plus jeune âge (il était l’aîné de 4 enfants), étudiant sérieux et travailleur (Fac de Lettres en même temps que Concours des Affaires Etrangères…) et désireux de s’ouvrir au monde.
- Un écrivain, homme de Lettres reconnu qui recevra le Prix Pulitzer.
- Un historien de renom (Président de la Société des Historiens des Etats-Unis !).
- Et surtout un Ambassadeur très important qui a, quelque part, largement participé à changer l’histoire du monde… de la France écrasée par Guillaume II…du Maroc… après la conférence d’Algésiras ,(des Balkans ?...).

Ce diplomate brillant, tout jeune encore (il est né en 1855), est nommé à Washington en 1902. Il y restera jusqu’en 1925 en présence de son épouse Elise Richards, après avoir assuré des responsabilités politico-diplomatiques en Tunisie, Copenhague et Londres (où il côtoie la Reine Victoria).
Très rapidement, il sait se faire le partenaire indispensable de Théodore Roosevelt (qui l’appelait « mon cher ami »), lui faisant partager son amour de la nature et du sport.
Mais le nouveau Président Wilson, qui a succédé à William Taft, s’avère dès le début de la Grande Guerre être et vouloir rester un pacifiste acharné, non interventionniste (malgré le torpillage du Lusitania en 1915), respectant la neutralité ; par contre, il n’a pas voté le Shipping Bill avec ses répercussions sur les prêts.
Notre ambassadeur parviendra malgré tout à le convaincre de venir en aide à la France (et à la Grande- Bretagne -cf. l’Entente Cordiale-) dans cette effroyable guerre d’usure… Et l’intervention des Etats-Unis sera alors déterminante (au prix malheureux bien sûr du sacrifice de 117 000 soldats américains et plus de 200 000 blessés…). On se souvient de cette image du Général Pershing débarquant après le 6 avril 1917 en lançant : « Lafayette, nous sommes là ! ».
Les dernières années de sa vie (décès en 1932) se passeront essentiellement dans son village de St Haon. Nombre de spectateurs Roannais reconnaîtront les domaines qu’il a fait réhabiliter dans le village ou à Renaison. Ce, grâce à de magnifiques et émouvantes photos noir et blanc qui illustrent la conférence… photos qui confortent ce voyage à travers l’histoire et la vie et qui permettent de découvrir aussi bien l’Académie des Sciences morales, le Collège de France, l’Institut, que Warren Harding, Calvin Colidge, Edward Tuck, le Général Jouhaud, Léon Cledat, ou l’Abbé Jérôme Déchelette…
Au mois de Mai 2017 (27 et 28), ce « marvellous ambassador » sera fêté et enfin reconnu à sa juste valeur par la Mission Française du Centenaire de la 1ère Guerre mondiale (World War One Centenal Commission), grâce à des Colloques et une Cérémonie officielle, grandiose, à St Haon le Châtel ; et les participants américains présents se réjouiront ainsi de voir ce grand homme (très ou trop discret), déjà fortement célébré aux Etats-Unis (plusieurs monuments depuis déjà longtemps), trouver en France et, mieux encore, dans son village, la reconnaissance qu’il mérite !

Serge Imbert

Bibliographie :

Jean-Jules Jusserand sur le site Pulitzer :

http://www.pulitzer.org/event/jean-jules-jusserand-and-centennial-united-states-participation-world-war-one

 

bas de page