Moteur de recherche interne     

VISITE DE L’EXPOSITION
« PAQUEBOT FRANCE / DESIGN EMBARQUE »

Musée d’Art et d’Industrie de Saint Etienne
Samedi 15 février 2014

Le « France » a été mis en chantier en 1958, à un moment ou l’avenir des grands transatlantiques qui assuraient à la fois le transport des voyageurs et des marchandises était déjà menacé par l’aviation ! Mais il restait une opportunité : les croisières de luxe. C’est ainsi qu’il a été imaginé et mis en œuvre par les Chantiers de Saint-Nazaire pour naviguer sous le pavillon de la « Compagnie Générale Transatlantique » battant couleurs noir et rouge.

maquette paquebot France Ce paquebot doit être une vitrine du savoir faire industriel et technologique ainsi que du bon goût français. Ce sont donc les meilleurs spécialistes dans leur créneau, qui participent à sa construction. Il est révolutionnaire à plus d’un titre :
- Sa conception toute en acier et en sections parfaitement cloisonnées les unes par rapport aux autres pour alléger au maximum le poids [58 000 tonnes soit 12 000 de moins que le Normandie], augmenter la vitesse [il ne fallait que 5 jours au France, ces 2 000 passagers et 1 000 membres d’équipage pour rallier New York], éviter les risques d’incendie [dont avait été victime l’un de ses prédécesseurs, L’Atlantique en 1933]
- Quelques détails technologiques : ses cheminées dites « en chapeau de gendarme » qui permettent de projeter les fumées sur les cotés ; le mât/radar, une très grande innovation qui fait intervenir les technologie les plus en pointe. Quant à l’aménagement intérieur, il est conçu en aluminium et matériaux nouveaux, rilsan, tissus en fibre de verre … La décoration est typique des années 60 comme « les grandes tapisseries dans l’esprit de Jean Lurçat ».
Hélas, le choc pétrolier de 1973 va plomber son succès en raison de la consommation colossale de mazout [plus de 600 tonnes/jour].
La ville de Saint Etienne a voulu faire revivre ce fleuron de la marine française parce que la région a contribuée à sa construction à travers des entreprises de Saint Etienne pour les aciers et de Lyon pour les textiles innovants.
Une petite anecdote reste attachée à ce bateau : lors d’une croisière, Le Corbusier, passionné de bateau [son architecture s’inspire beaucoup de la conception des bateaux], a rencontré Claudius Petit, alors maire de Firminy. Et, c’est au cours d’une de leurs conversations qu’est née l’idée de la venue de Le Corbusier dans cette ville dont on connaît les réalisations architecturales.
Une très intéressante visite et un retour vers la période révolue des grandes traversées maritimes.

Denise Darpheuil

 

 

bas de page