VOYAGE A REIMS DES A2MR

26 – 27 et 28 septembre 2017

Comme dÕhabitude, le dŽpart fut trs matinal et le trajet se fit en partie sous la pluie et le brouillard.

ArrivŽs ˆ Troyes, nous avons dŽjeunŽ dans une belle maison ancienne, ˆ lÕarchitecture intŽrieure en bois, typique des constructions de la ville ancienne.
La pluie ayant cessŽ, nous part”mes ˆ la dŽcouverte de cette citŽ qui existe depuis lՎpoque gallo-romaine. Elle doit son nom ˆ la tribu des Tricasses. SituŽe au carrefour de deux grandes voies romaines, lÕancienne ville, abritŽe derrire les remparts, a la forme dÕun bouchon de champagne.
Troyes doit son essor aux Comtes de Champagne et au dŽveloppement du commerce attestŽ par les grandes foires de Champagne au XIIIme sicle.
Nous avons dŽambulŽ ˆ travers le quartier bien restaurŽ pour admirer les maisons ˆ pans de bois parfois sculptŽs, les h™tels particuliers (h™tel de la Tte noire avec son superbe escalier ˆ vis en bois peint couleur sang de bĪuf) et les jardins. Un arrt ˆ lՎglise Sainte Madeleine, cŽlbre par son beau jubŽ du XVIme sicle sŽparant la partie romane du 12me et le reste de lՎdifice, sÕimposait. Ses vitraux du XVIme aux riches couleurs, sont intŽressants.

Le deuxime jour fut consacrŽ ˆ la visite de Reims, ville symbole de la royautŽ. On laisse ˆ Epernay son r™le de capitale du champagne.
Nous avons passŽ beaucoup de temps ˆ la cathŽdrale Notre Dame. Construite ˆ lÕemplacement de thermes gallo-romains. DÕabord cathŽdrale carolingienne, elle sÕagrandit de 1221 ˆ 1280 et sÕembellit jusquÕen 1484, date du premier incendie qui vit la disparition des flches. En septembre 1914, elle est pilonnŽe par les obus allemands ; un incendie sÕensuit et la dŽtruit en grande partie. Il faudra 20 ans de restauration. La charpente en bŽton armŽ et lames de bois a ŽtŽ financŽe par Rockfeller. La faade, en cours de ravalement, compte plus de 2000 statues, livre ouvert sur la royautŽ de Dieu et celle des rois sacrŽs en ce lieu.

A lÕintŽrieur, on peut voir lÕemplacement du baptistre o Clovis fut baptisŽ en 496 (incertitude sur la date), dÕo la tradition du sacre des rois depuis Louis le Pieu ; le labyrinthe dont le dessin est devenu lÕemblme des Monuments de France et le jubŽ ont ŽtŽ dŽtruits ; la plaque commŽmorative du sacre des rois de France (30, au total, sauf Louis VI le Gros et Henri IV) depuis 816. Trois ont ŽtŽ consacrŽs ˆ la basilique Saint Remi entre 816 et 1027.

 

Le chĪur recle des vitraux de diffŽrentes Žpoques. La plupart ont ŽtŽ remplacŽs par du verre blanc pour faire entrer la lumire, au XVIIIme sicle. Les vitraux contemporains ont ŽtŽ crŽŽs par Simon pre et fille, de facture abstraite, dans les tonalitŽs de gris et vert ; par Chagall, figurant des scnes de la Bible ; et ceux dÕEmi Knoebel, 2011-2015 mŽlangeant des figures gŽomŽtriques de couleurs trs vives.
La cathŽdrale conserve le souvenir du mariage et du baptme du peintre Foujita en 1959. La ville possde une chapelle dont Foujita a peint les murs gr‰ce ˆ lÕargent du champagne.

Jouxtant la cathŽdrale, le Palais du Tau qui abrite le musŽe. Ancien palais du gouverneur romain, devenu palais archiŽpiscopale en 1500, cet Ždifice prŽsente diffŽrents styles : lÕintŽrieur faon renaissance et lÕextŽrieur faon gothique flamboyant. Il a ŽtŽ remaniŽ entre les deux guerres ˆ la suite des destructions. On peut y voir de belles salles : la salle basse ancienne (1500), voutŽe, peut tre un ancien cellier, et la chapelle constituant un dŽp™t lapidaire ; la salle haute avec une belle cheminŽe renaissance, un plafond lambrissŽ en forme de carne de navire, refait, bordŽ dÕune frise en pierre et de prŽcieuses tapisseries des Flandres (XVme) fabriquŽes ˆ Arras ; la chapelle haute et surtout, le trŽsor dont la pice emblŽmatique, la plus ancienne, est Į le talisman de Charlemagne Č; la salle des tapisseries tissŽes ˆ Reims au VIIme sicle, dont il nÕen reste que 6 sur 29 suite ˆ lÕincendie. Pour terminer la visite, la salle des statues originales de la faade de la cathŽdrale (la tte de lÕange de Reims, David, Goliath et du couronnement du Gable du portail central).

Cerise sur le g‰teau (offerte par le chauffeur) pour terminer cette belle journŽe, une courte visite de la basilique Saint Remi datant des XI et XIIme sicles. Cette belle basilique recle le reliquaire de Saint Remi abritŽ par le tombeau situŽ derrire lÕautel. Pendant la neuvaine qui prŽcde la cŽlŽbration du saint, le 1er dimanche dÕoctobre, le reliquaire est sorti du tombeau et exposŽ dans le chĪur. Lors de la cŽlŽbration du saint, le grand lustre brille de ses 96 bougies allumŽes ; si aucune bougie ne sՎteint, lÕannŽe de vendanges sera bonne. Bel exemple de syncrŽtisme entre le religieux et le profane et de traditions populaires.

La ville conserve des monuments et maisons de style Art dŽco dont la bibliothque CarnŽgie (mŽcne philanthrope ˆ qui on doit cette citation Į Donner au peuple le plaisir de voir et dÕentendre les chefs-dÕĪuvre, vous servez la civilisation et il devient un collaborateur ˆ la place dՐtre un destructeur, un rŽvoltŽ, un mŽcontent Č).
Le bref parcours de la ville nous a permis de voir la place Royale de style Louis XV rocaille, lÕancien cryptoportique, dŽcouvert mi-enterrŽ lors de la destruction des anciennes halles.
On ne peut pas aller en Champagne sans faire un dŽtour par les caves. Le choix sÕest portŽ sur celles de Pommery ˆ Reims et celles de Castellane ˆ Epernay, le lendemain.
Les caves de Pommery utilisent des crayres creusŽes profondŽment pour conserver et faire vieillir des nectars dont le plus ancien remonte ˆ 1874.
La visite de la maison Castellane nous a instruit sur lՎlaboration du champagne et ce, jusquՈ sa mise en bouteille, sans oublier la dŽgustation, bien sžrÉ

Le jour du dŽpart en direction dÕEpernay, arrt ˆ Verzy pour dŽcouvrir Į les faux Č, vŽritables curiositŽs de la nature, inscrits au patrimoine mondial de lÕUNESCO. Ces Į faux Č sont des htres tortueux dont lÕensemble constitue un lieu unique au monde. Promenade bucolique bien agrŽable avec les senteurs et la tranquillitŽ du sous-bois.                   

Denise Perrin