Ç Les deux Žcoles de Vienne È

ConfŽrence de Laurent Ronzon, directeur du SIEMAR

Vendredi 13 mars 2015 – MŽdiathque de Roanne

 

Il est difficile de rŽsumer toute la richesse de la confŽrence de Laurent Ronzon sur un sujet aussi vaste que : fin 18me sicle – fin 19me sicle : le passage dĠune conception musicale ˆ une autre.

1      Une nouvelle conception de la crŽation. Avant la rŽvolution, les artistes sont au service dĠune cour. DŽsormais, les compositeurs voudront tre reconnus comme crŽateurs quĠils suivent une mode ou fassent preuve dĠoriginalitŽ.

2      Un nouveau langage musical. Le traitŽ dĠŽcriture de Schšnberg vient bousculer le traitŽ dĠharmonie de Rameau qui avait servi ˆ lĠapprentissage de gŽnŽrations de compositeurs de musique tonale et remettre ˆ lĠhonneur le langage contrapuntique.

Hegel  Žcrivait : Ç La musique est un moment dĠŽquilibre entre lĠidŽe et la forme È.

QuĠest-ce qui peut incarner cet Žquilibre ? sĠinterroge Laurent Ronzon : Çla sonate. On en Žcrit une trs grande quantitŽ jusquĠˆ ce quĠon se demande ce qui va plaire au public. Ainsi na”t la variation ! Au 18me sicle, la beautŽ sĠorganise autour de lĠordre de la symŽtrie ˆ partir dĠune phrase caractŽristique qui structure la musique.... Au 19me sicle il ne faut surtout pas faire classique. Ainsi apparaissent une multitude de formes : polonaise, ballade, barcarolle, impromptu, nocturneÉ le but Žtant toujours dĠŽvoquer un climat, une ambiance (Schšnberg Žtait peintre)...

Selon le discours de la philosophie des lumires, la musique est un langage universel, comprŽhensible par le public ... ˆ une condition : quĠil soit formŽ (ce qui fera dire, plus tard,  ˆ Pierre Boulez : Ç Pourquoi suis-je mal compris ? Parce que les gens sont mal formŽs !) È

 

De ces changements,  quĠen est-il ˆ Vienne? Laurent Ronzon rŽpond : Ç Au 18me sicle, Vienne est une capitale qui conna”t une extraordinaire pŽriode de dŽveloppement et de prospŽritŽ. Elle sĠouvre aux fŽcondes influences, celles de lĠItalie, de la France, des Etats allemands, des pays slaves É Si Vienne ne songe pas ˆ disputer ˆ Paris son statut de capitale universelle des Arts et des Lettres, elle ne laisse pas passer la chance historique qui lui est offerte de sĠaffirmer comme le premier p™le de la crŽation musicale au moment o la disparition du principe de la basse continue laisse augurer une nouvelle mŽtamorphose de lĠart musical. Le thŽ‰tre lyrique et la musique symphonique sont les expressions privilŽgiŽes de cette volontŽ. Est-ce cela qui unit Schoenberg ˆ Haydn ? È

 

La confŽrence demandŽe ˆ Laurent Ronzon devait prŽparer ˆ un rŽcital de piano de David Greilsammer au Grand thŽ‰tre Massenet de Saint Etienne.

HŽlas, le pianiste victime dĠun mŽchant lumbago, a du annuler sa prestation ˆ la dernire minute et ˆ la grande dŽception du groupe.

 

(Anne-Marie Berrod)

 

Joseph Haydn Pierre Boulez Arnold Schšnberg
Joseph Haydn Pierre Boulez Arnold Schšnberg