D”ner causerie Ç Rencontre avec un armurier dĠart È

Mercredi 3 dŽcembre 2014

 

Pour son d”ner causerie dĠautomne, lĠassociation des A2MR avait choisi dĠinviter Philippe PŽrouze, titulaire dĠun Brevet des mŽtiers dĠart dans la spŽcialitŽ armurerie et installŽ depuis 2008 ˆ Vougy aprs Ç un petit tour de France È dans quelques armurerie renommŽes (Saint Etienne, Paris, Sologne). Actuellement il assure la rŽparation, la restauration, la person-nalisation et, plus rarement, la fabrication sur mesure dĠarmes de chasse.

 

LĠarmurerie recouvre une quantitŽ de mŽtiers spŽcifiques : canonnier, basculeur mŽcanique, monteur ˆ bois, Žquipeur, bronzeur, quadrilleurÉ La gravure constitue un mŽtier annexe qui consiste ˆ enjoliver les parties bois ou mŽtal de lĠarme mais nĠentre pas dans la fabrication.

Les armes ˆ feu offrent une trs grande diversitŽ de forme : un canon lisse ou rayŽ, deux canons juxtaposŽs, superposŽs, trois canons, dont deux lisses et un rayŽÉ Mme diversitŽ au niveau des mŽcanismes qui nĠont pas tellement ŽvoluŽ depuis le XIXme sicle. De nombreux pays fabriquent des armes plus ou moins performantes. De lĠavis du confŽrencier, les franais ont ŽtŽ trs inventifs particulirement entre 1880 et 1910 et ont produit des armes dĠexcellente qualitŽ, dotŽes de mŽcanisme dĠavant-garde. A noter que Ç ce sont les armes militaires qui font avancer les choses È.

Les meilleures armes, actuellement ? Certaines armes suisses, Ç des rolls-royce È. Mais, sans conteste, les armes anglaises Ç hyper compliquŽes, avec des mŽcanismes trs complexes qui demandent de nombreux rŽglages, trs sobres, trs chres mais le summum ! È.

 

La spŽcialitŽ de Philippe, la taille des crosses en bois. On utilise le noyer, mais pas nĠimporte lequel. Ç Il faut prendre un gros noyer qui a souffert dans un terrain rocailleux, mais Žviter les zones de gel qui occasionnent des gerures dans le bois. Les meilleurs : les noyers du PŽrigord. Couper le tronc, dŽterrer la souche ˆ la main, scier dans le sens des fibres et laisser sŽcher 10 ans È Le sculpteur entre alors en piste : Ç On incruste la mŽcanique dans le bois au ciseau, ˆ la main. On donne la forme de la crosse. Puis viennent les finitions : lissage, sculptures, vernis, quadrillage È.

Ç Le prix dĠun beau morceau de bois, sans flure ni gerure varie entre 200 et 1500Û ! È.

 

Une convive a demandŽ : Ç Pouvez-vous vivre de votre mŽtier ? È Ç Difficilement È a rŽpondu le confŽrencier. On veut bien le croire !

Mais Philippe est un passionnŽ des belles armes et, intarissable sur ce sujet,  il a trs bien fait passer sa passion ˆ son auditoire.

 

Anne-Marie Berrod

 

 

(photos Michle Calmels)